mardi 11 décembre 2018

Livre : « Obstacles à la pharmacovigilance : Délinquance en col blanc ; Inertie des pouvoirs publics »


Livre paru le 10 décembre 2018
Éditions BoD
Disponible en versions papier et numérique
En librairie ou en ligne
Dimensions : 13,5cm x 21,5cm
Nombre de pages : 188









jeudi 10 mai 2018

Nouveau au Centre Hospitalier de Cholet : Consultations « effets indésirables médicamenteux et Pharmacovigilance »


Le Centre Hospitalier de Cholet ouvre des consultations relatives aux « effets indésirables » présumés liés à des médicaments.

Pour plus d’informations : cliquer ici.


Ouest-France du 4 avril 2018








samedi 24 février 2018

« Les médicaments de l’ostéoporose : ce que les patients devraient savoir » : Deuxième réunion d’information destinée au public

La réunion est ouverte à toutes et à tous.

Rendez-vous donc au Centre Hospitalier de Cholet : Jeudi 24 mai 2018, à 18h

Le choix de ce thème trouve sa motivation dans les éléments déjà publiés, dans l’article du 4 février 2018, sur le site du CTIAP.


Article du Courrier de l’Ouest du 23 février 2018








jeudi 28 décembre 2017

Un stagiaire viré de l’hôpital : sa barbe serait "non laïque"

En cette fin d’année 2017, je découvre l’histoire d’un stagiaire « venu de l’université égyptienne de Menoufiya ». Il est reçu dans un centre hospitalier français dans le service de chirurgie générale, viscérale et digestive. Mais, la convention de stage est résiliée par la direction de cet hôpital parce que ce stagiaire porte « une barbe ». Le tribunal administratif et la cour administrative d’appel viennent donner raison à l’hôpital.

La décision de cette cour d’appel, rendue le 19 décembre 2017, considère notamment que la direction de cet hôpital a indiqué à ce stagiaire que « sa barbe, très imposante, était perçue par les membres du personnel comme un signe d’appartenance religieuse ». Elle conclut donc que ce stagiaire « doit être regardé comme ayant manqué à ses obligations au regard du respect de la laïcité et du principe de neutralité du service public, alors même que le port de sa barbe ne s’est accompagné d’aucun acte de prosélytisme ni d’observations des usagers du service ».

Il reste à définir les critères, notamment géométriques, au-delà desquels une barbe deviendrait "non laïque".







vendredi 24 novembre 2017